>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

« Un renversement de tendance des plus...
Economie

« Un renversement de tendance des plus satisfaisants »

vendredi, 26 novembre 2010
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération de l’industrie horlogère suisse s’exprime sur les récentes statistiques de la profession concernant les ventes à l’exportation.

Au vu des chiffres à l’exportation de l’industrie horlogère suisse en hausse de 25,5% en septembre denier et de 20,8% sur les neuf premiers mois de l’année, comme estimez-vous la situation ?

Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération de l’industrie horlogère suisse : Par rapport à 2009, où notre industrie était en difficulté, je pense que ce renversement de tendance est très satisfaisant. Nous sommes clairement en situation de reprise comme les derniers chiffres que vous mentionnez viennent le confirmer. En conséquence, il est d’ores et déjà possible d’affirmer que l’année 2010 sera dans son ensemble positive pour notre industrie.

Est-ce que cette situation se répercute sur l’emploi, en sachant qu’environ 4'000 places de travail ont été gommées l’an dernier ?

On peut en effet espérer que l’emploi se reprenne. Même si nous ne tenons pas de statistiques à ce sujet, contrairement à la Convention patronale de l’industrie horlogère suisse, nous constatons en effet que certaines entreprises sont en train de réembaucher. On ne saurait toutefois céder à un excès d’optimisme dans la mesure où nombre de sous-traitants du secteur sont encore dans une situation difficile. Cela dit, on constate en effet un phénomène de reconstitution des forces de travail dans la branche.

Les statistiques des exportations sont à l’heure actuelle portées par un effet de base largement positif dans la mesure où 2009 est synonyme d’une crise majeure pour le secteur. En conséquence, ne faut-il pas relativiser la situation actuelle ?

C’est vrai, comme vous le dites, la comparaison par rapport à 2009 est favorable mais il ne faut pas oublier également que ce même type d’analyse prévaut pour l’an dernier dans la mesure où 2009 se compare à une année 2008 record pour l’industrie horlogère suisse avec CHF 17 milliards (EUR 12,8 milliards) réalisés à l’exportation. Au total, ce que je retiens, c’est que notre secteur est à nouveau sur une tendance positive.

Vous disiez que certains sous-traitants peinent à renouer avec la croissance alors que l’on entend certaines manufactures avoir déjà des problèmes à honorer leurs commandes.

Entre les marques et les sous-traitants, il y a effectivement un décalage dans ce type de phase conjoncturelle. Les fournisseurs sont les premiers touchés et comme, en période de reprise, les Maisons exploitent en priorité leurs ressources internes, ce sont également eux qui éprouvent le plus de difficultés à faire redémarrer la machine. Il ne faut toutefois pas faire une généralité, tout dépend en fait du type d’activités et des relations entre les différents contractants.

N’est-il pas dangereux de voir toutes les marques se précipiter en Chine, principal moteur de croissance dans l’univers du luxe ?

Les marques doivent en effet veiller à garder une répartition équilibrée de leurs ventes, ne serait-ce que pour minimiser leurs risques. La Chine, il est vrai, est en pleine expansion mais à mon avis, ce serait une erreur de tout miser sur un seul marché.

Comment voyez-vous l’année 2011 ?

De la même manière que je suis optimiste pour la fin de l’année, je pense que 2011 devrait également être positif pour l’horlogerie suisse. Pour l’instant, nous n’avons aucun indicateur qui pourrait nous faire croire que la croissance se ralentisse. Elle ne sera peut-être pas aussi vigoureuse que cette année étant donné l’effet de base dont nous avons parlé mais je rappelle qu’à fin septembre 2010 nous avons déjà dépassé les valeurs de 2007. En ce sens, le record de 2008 n’est peut-être pas aussi lointain qu’on pourrait le croire.

Haut de page