>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Une montre de plongée aux couleurs du feu chez De Bethune
Nouveautés

Une montre de plongée aux couleurs du feu chez De Bethune

mercredi, 28 octobre 2020
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Étanche à 105 mètres (10 ATM), la De Bethune DB28GS « Yellow Submarine » été pensée et développée pour être une montre résolument sportive.

Pour créer son propre jaune feu, De Bethune recourt à sa fameuse technique qui consiste à oxyder délicatement le titane grade 5 pour en colorer sa surface naturellement. Ce rituel offre un jaune brun rare. Ce savoir-faire est appliqué tant aux éléments du boîtier qu’à la plupart de ceux du mouvement. Chaque composant est ainsi étudié individuellement car le processus doit être adapté en fonction de sa forme et de sa masse. Cette étape préalable s’avère incontournable pour obtenir une gamme de tons uniformes. Pourtant, la touche humaine et les typologies des matériaux font que d’infimes variations perdurent. Ces nuances sont en vérité essentielles, car elles créent une résonnance visuelle qui impacte la perception du résultat.

Précision, fiabilité, lisibilité et confort : la DB28GS « Yellow Submarine » a été pensée et développée pour être une montre résolument sportive. Partant du constat qu’une montre de sport doit proposer une lisibilité parfaite par tous les temps et dans toutes les situations possibles, un éclairage inédit et très ingénieux a été mis au point. Ainsi, pour illuminer la montre et le mouvement de l’intérieur, une source de lumière est produite par un moyen entièrement mécanique qui fonctionne grâce au principe de dynamo. D’apparence aussi simple que l’éclairage d’un vélo, pas d’électronique, pas de pile, entièrement mécanique… mais en vérité tout aussi compliqué que le timbre d’une répétition minutes, un bouton poussoir positionné à 6 h permet de déclencher un petit rouage entrainé par le double barillet. Ce rouage, par le biais d’une dynamo miniature, fournit l’énergie nécessaire à l’éclairage de la montre. Quelques secondes de lumière suffisent amplement pour lire l’heure, en pleine nuit ou dans les profondeurs abyssales de l’océan.

DB28GS « Yellow Submarine » © De Bethune
DB28GS « Yellow Submarine » © De Bethune

La lunette rotative a fait sa première apparition en horlogerie en 1952. Elle permet de calculer avec précision la durée d’immersion et, de fait, le passage des différents paliers. Habituellement, tous les chiffres liés au compte-minute sont indiqués sur la lunette, ce qui la rend de facto visuellement plus lourde. Pour la DB28GS « Yellow Submarine », c’est la glace saphir animée par la lunette qui porte ces indications. D’un diamètre de 44 mm, celle-ci peut grâce à ce système développé dans les ateliers de la manufacture à l’Auberson, conserver une finesse élégante donnant une allure sport-chic à l’ensemble. A remontage manuel, avec une seconde centrale et 5 jours de réserve de marche avec l’indicateur sur le cadran, le mouvement est équipé de la dernière génération de balanciers de la maison.

Haut de page