>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Une montre, un prix ?
Economie

Une montre, un prix ?

jeudi, 02 février 2017
Par Dominique Fléchon, Christophe Roulet, Grégory Gardinetti
Fermer
Dominique Fléchon

Lire plus

CLOSE
Fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
Fermer
Editor Image
Grégory Gardinetti
Expert et historien en horlogerie

“Il y a la même différence entre les savants et les ignorants qu’entre les vivants et les morts.”

Aristote

Entres expositions thématiques menées à Mexico, Moscou ou Tokyo, conférences autour du globe et articles thématiques, le temps prend toute sa mesure.

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

La baisse des résultats observée dans l’horlogerie suisse en 2016 est porteuse d’interrogations quant à l’envolée des prix constatée ces dernières années. La réponse au problème est toutefois loin d’être évidente. Explications.

En tablant sur une croissance illimitée du marché, l’industrie horlogère a rejoué la fable de « La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ». À force de surenchères dans les moyens de production, elle s’est en effet retrouvée avec des stocks pléthoriques sur les bras, dont l’issue fatale ne pouvait être autre que la destruction. Alimentée par une politique de la nouveauté permanente et du lancement de produits opportuniste, cette fuite en avant s’est inévitablement traduite par son lot d’excès et d’extravagances techniques comme esthétiques, donc par une dangereuse spirale des prix. Comme ceux-ci ne cessaient d’augmenter, la clientèle s’est volontiers persuadée que ses précédents achats constituaient une bonne affaire. Non sans une désillusion programmée : la qualité n’a pas suivi !

« Quand l’hiver fut venu » sur la profession, pour rester dans l’univers de La Fontaine, la marques n’ont eu d’autre choix que de faire le ménage en bradant leurs stocks.

Obnubilées par ces pics de rentabilité, les Maisons ont négligé le produit, l’essentiel étant de répondre à l’éphémère avant qu’il ne soit trop tard. L’horlogerie aurait-elle vendu son âme au diable ? Force est de constater que les dirigeants de la profession sont aujourd’hui nettement plus prompts à manier la calculette que la loupe d’horloger, tandis qu’à l’autre bout de la chaîne les revendeurs-réparateurs ont été supplantés par des boutiques monomarques en constante prolifération. « Quand l’hiver fut venu » sur la profession, pour rester dans l’univers de La Fontaine, elles n’ont eu d’autre choix que de faire le ménage en bradant leurs stocks. Certaines avec des rabais pouvant aller jusqu’à 80 % !

Être ou paraître

Faut-il pour autant remettre en question des fondamentaux de la profession du fait que la notion même de « luxe » perd ses assises. Pour l’instant, il n’est certes pas encore question de gommer la distinction entre luxe « accessible » destiné aux classes moyennes, luxe « intermédiaire » pour fashion victimes et luxe « inaccessible » réservé aux plus fortunés. Dans ce contexte et quelle que soit la catégorie, les marques ne sauraient oublier qu’elles ont un nom à défendre, symbole d’excellence. Un nom qui valorise l’objet bien au-delà de son utilité fonctionnelle. Car ce qui compte avant tout dans la valeur du produit, bien avant ses qualités intrinsèquement quantifiables, ce sont celles, intangibles, qui suscitent l’émotion via ses attaches historiques, ses références culturelles, sa perception sociale. Les départements de communication l’ont d’ailleurs parfaitement compris.

IWC Da Vinci Automatic 36
IWC Da Vinci Automatic 36

Mais dans le contexte actuel, ces caractéristiques ne suffisent plus pour rendre compte du luxe. Encore faut-il prendre en considération l’importance que revêtent aujourd’hui les groupes sociaux de référence, dont les aspirations communes dictent souvent l’acte d’achat individuel. On ne saurait davantage omettre la quête d’expérience sensorielle intimement liée au produit. Expérience intime et porteuse d’identité. Au-delà de la qualité de l’objet qui dicte en partie son prix, sa valeur est réservée à un usage privé. Son unicité répond aujourd’hui davantage à un besoin personnel qu’à un désir ostentatoire. Des sociétés comme Apple ou Samsung s’inscrivent dans cette mouvance pour privilégier l’être avant le paraître, le design au service de la fonctionnalité.

Baume & Mercier Clifton Club
Baume & Mercier Clifton Club
Premières mesures

Lors du dernier Salon International de la Haute Horlogerie, on a pu relever, entre autres tendances, un fort ancrage dans le luxe «   accessible  ». Quelques exemples :
• La quasi-totalité des collections se décline désormais en versions acier avec un prix d’appel en fonction du positionnement de la marque. Cela se traduit par des pièces nettement inférieures à CHF 15 000 chez IWC, à un prix plancher de CHF 3 200 chez Cartier ou encore à une offre inférieure à CHF 1 000 pour ce qui est de Baume & Mercier.
• Jaeger-LeCoultre et Montblanc poursuivent le repositionnement de leur prix à la baisse avec des modèles d’entrée de gamme compris entre CHF 4 900 et 8 100 pour le premier selon les collections et à CHF 3 000 pour le second.
• En corollaire, on observe du côté des montres à grandes complications une production en éditions confidentielles, voire en pièces uniques.
• Quant au nombre de références par modèle, excepté les 34 Laureato de Girard-Perregaux, la diminution est drastique.

Montblanc Timewalker
Montblanc Timewalker

Toute baisse de prix destinée à enrayer le désamour de l’horlogerie a toutefois ses limites. Pas question en effet de toucher à la qualité du produit, quelle que soit sa segmentation. Qui dit prix d’appel induit également une certaine forme de démocratisation du luxe, soit une estocade portée à la rareté de l’objet qui en fait sa valeur. En parallèle, les jeunes générations demandent aujourd’hui une justification des prix à des marques qui aiment au contraire s’entourer de mystères. Et c’est encore sans parler de leur mode de vie ultra-connecté où les garde-temps de leurs parents n’ont guère de place, baisse de prix ou non. Pour le monde de l’horlogerie, la question de la tarification s’inscrit aujourd’hui dans une problématique plus vaste qui touche la notion même de « luxe ».

Haut de page
Economie
Les exportations horlogères en nette hausse
vendredi, 23 juin 2017
La rédaction
2 min de lecture
3
La Fondation Louis Vuitton
Culture
L’horlogerie ou la tentation de l’art – VII
vendredi, 23 juin 2017
11 min de lecture
5
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5