>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Une première édition Aston Martin chez Girard-Perregaux
Nouveautés

Une première édition Aston Martin chez Girard-Perregaux

vendredi, 18 juin 2021
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

Le Tourbillon sous Trois Ponts volants – Edition Aston Martin est le premier garde-temps issu du partenariat annoncé récemment entre Girard-Perregaux et le motoriste anglais.

Girard-Perregaux et Aston Martin ont collaboré en partageant une même compréhension du design, des matériaux et de la technologie. Ce tout dernier modèle célèbre la montre de poche emblématique Trois Ponts du 19e siècle d’une façon résolument contemporaine, jusque dans les moindres détails, y compris le bracelet. Une « boîte » en glace saphir habille le dessus et le dos du boîtier, permettant le passage de la lumière à l’intérieur du boîtier, pour une meilleure lisibilité. Le boîtier de 44 millimètres est composé de titane grade 5, un alliage hypoallergénique résistant sélectionné par Aston Martin pour sa légèreté. Il est revêtu de DLC noir qui confère à la montre une apparence discrète. Coïncidence de l’histoire, c’est en Grande-Bretagne, patrie d’Aston Martin, que le minerai de titane a été découvert par un membre ecclésiastique anglais, William Gregor, en 1791 – l’année même où la manufacture Girard-Perregaux a été fondée.

Tourbillon sous Trois Ponts volants – Edition Aston Martin © Girard-Perregaux
Tourbillon sous Trois Ponts volants – Edition Aston Martin © Girard-Perregaux

Signature emblématique de Girard-Perregaux, trois ponts traversent tout le cadran. Ils sont composés de titane avec un traitement en PVD noir et pourvus d’angles polis. Le design confère au garde-temps une silhouette aérienne et offre une vue exceptionnelle sur les composants du mouvement habituellement cachés. Tandis que Girard-Perregaux est traditionnellement connue pour rendre visible l’invisible, elle s’est aventurée cette fois en hors-piste pour créer une montre dont le mouvement semble être en lévitation à l’intérieur du boîtier. Cette prouesse est obtenue grâce à un mouvement réduit à l’essentiel, faisant disparaître la platine dans le boîtier et créant l’illusion d’un mouvement ‘volant’ à l’intérieur du boîtier. Gravé sur le flanc vertical du micro-rotor, le nom de l’entreprise automobile bénéficie d’un traitement luminescent blanc qui apparaît bleuté dans des conditions de luminosité restreintes.

Haut de page