>SHOP

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2018 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Urwerk « travaille » la lumière avec sa UR-105 CT...
Nouveautés

Urwerk « travaille » la lumière avec sa UR-105 CT « Kryptonite »

lundi, 18 juin 2018
Par La rédaction
Fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

La luminescence est au cœur des créations sortant des ateliers d’Urwerk. Pour preuve, cette « Kryptonite » à capot et système satellitaire dont les index diffusent une lumière verte digne de l’univers de Superman, le danger en moins.

Il existe différents marqueurs différenciant les montres Urwerk des autres créations appartenant au monde de la Haute Horlogerie. Le premier, le plus flagrant, est l’heure satellitaire, suivie par l’imposante couronne à 12 h et l’omniprésence du SuperLuminova. Cette heure luminescente n’est pas une simple fantaisie, elle renvoie aux origines même d’Urwerk, la pendule de nuit des frères Campani. La légende veut qu’au 17ème siècle, le Pape passe commande aux frères Campani d’une pendule spéciale. Il voulait pouvoir lire l’heure dans l’obscurité de la nuit afin de respecter les horaires des vêpres. Le défi est de taille : la pendule doit être silencieuse pour ne pas déranger son sommeil et d’une lisibilité parfaite. Les frères Campani mettent alors au point la fameuse pendule de nuit. Une horloge dont les aiguilles sont remplacées par des chiffres en creux, tour à tour éclairés par une bougie logée à l’intérieur du mécanisme en bois. Cette indication prendra le nom d’heure vagabonde, un principe simple et efficace pourtant tombé en désuétude suite à différents départs d’incendie dus à des bougies oubliées. Sur la base du même principe, les montres Urwerk ont la qualité de pouvoir être déchiffrées de nuit.

UR-105 CT « Kryptonite » © Urwerk
UR-105 CT « Kryptonite » © Urwerk

Avec la dernière création Urwerk, le caractère luminescent est au centre de la création d’où son surnom « Kryptonite » en référence à l’univers de Superman. Les index d’un vert intense évoquent le rayonnement hors du commun de la célèbre météorite. En plus de son attrait magnétique, la UR-105 CT « Kryptonite » offre une forme originale, un octogone parcouru de stries profondes sur toute la longueur. Anguleuse, géométrique, symétrique, la montre dégage de claires influences du style Art Déco.

Il faut actionner la languette coulissante de la UR-105 CT pour découvrir le mécanisme de cette montre. Il s’agit ici d’une heure satellitaire construite sur la base d’un nouveau carrousel squeletté. Ce dernier enserre les quatre portants nécessaires à l’indication des heures. Ces satellites affichent chacun trois index et défilent tour à tour le long du rail des minutes pour un affichage du temps analytique et numérique. Une indication de la réserve de marche et une seconde digitale viennent compléter les informations présentes sur le cadran. La seconde digitale est particulièrement remarquable. Elle affiche les dizaines de secondes. La pièce a été usinée grâce au procédé de photolithographie. Pour rendre cet élément aussi aérien que possible, chaque marqueur des secondes a été squeletté. Son poids est ainsi inférieur à 0.10 grammes.

UR-105 CT « Kryptonite » © Urwerk
UR-105 CT « Kryptonite » © Urwerk

Côté verso, deux turbines contrôlent le système de remontage de la pièce. Leur ajustement se fait à l’aide d’un levier. En position « FULL », le moindre mouvement est exploité pour le réarmement du ressort du barillet. Sur mode « STOP », le système de remontage est désactivé, la UR-105 se recharge alors manuellement par le biais de sa couronne. Une troisième position intermédiaire « RED » (pour REDUCED) modère le remontage évitant ainsi une tension excessive du ressort de barillet.

Haut de page