>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Va’ Pensiero : La statistique, reine tyrannique
Points de vue

Va’ Pensiero : La statistique, reine tyrannique

jeudi, 10 janvier 2019
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Selon les statistiques officielles, l’industrie horlogère suisse a progressé de 7,1 % sur les 11 premiers mois de l’année 2018 au niveau de ses exportations. Que faut-il en conclure ?

Numerus rerum omnium nodus, écrivait Cicéron pour nous rappeler qu’à la base de tout il y a toujours des chiffres, des proportions, des intervalles réguliers qu’il s’agit d’étudier, de connaître et reconnaître pour comprendre la signification desdits chiffres. Et donc de la réalité. Cette citation s’étale également sur la façade latérale du puissant ISTAT à Rome, l’institut central de statistique italien qui diffuse chaque année des dizaines et des dizaines de communiqués offrant une analyse détaillée de la situation socio-économique dans la Péninsule : combien sommes-nous ? Combien d’entre nous se marient ? Combien émigrent ? Etc.

Science aux répercussions importantes sur la propagande politique, la statistique consiste donc à traduire en chiffres quelques-uns des « nœuds » essentiels de notre vie. De ce fait, elle influence notre perception en matière de richesse, de bien-être ou de sécurité, y compris en interférant avec les programmes d’avenir que chacun d’entre nous se fabrique inévitablement. C’est pourquoi, professait déjà Cicéron, il s’agit non seulement de lire les chiffres mais surtout de les comprendre et de les contextualiser pour éviter que la statistique, science et discipline sérieuse, ne se mue en complice d’une vision perverse de la politique, de l’économie et du marché. Car à l’ère de la communication, certes capillaire mais superficielle, le risque de lire les chiffres et les statistiques de manière, disons, distraite, est bien présent. De la même manière, c’est devenu une habitude fâcheuse mais, hélas, bien enracinée de rapporter des chiffres et des statistiques pris totalement hors contexte.

La statistique doit être lue avec une attention particulière.
Franco Cologni

Tout cela pour dire que les statistiques ne se lisent pas comme un horoscope, surtout lorsque l’on scrute le futur : succès en amour, attention à l’argent et, côté santé, allez savoir ! La statistique doit être lue avec une attention particulière : chaque chiffre doit être placé dans son contexte, chaque donnée doit être digérée en rapport avec les années écoulées et avec les événements qui le caractérisent. Chaque donnée chiffrée doit être lue avec ce détachement adéquat qui nous rappelle que l’on peut avoir affaire à une méthode de calcul qui aplanit les monts et les vaux même très distants les uns des autres.

Janvier est le mois des statistiques horlogères : lisez-les donc attentivement. Les chiffres sont certes à la base de toute chose, mais les chiffres des statistiques doivent être lus et interprétés avec sagesse et attention. La statistique n’est pas un maquillage apposé sur les péchés capitaux d’un marché qui doit progresser ni le cataplasme qui unit le bon et le mauvais pour dire que, dans la médiocrité, tout va plutôt bien. La statistique doit au contraire nous fournir des indicateurs objectifs au sein desquels, cependant, il s’agit d’étudier attentivement les micromouvements, les tendances les plus intéressantes, les modes inattendues.

Voici mon conseil : ne permettez pas que la statistique se mue de servante en patronne, sans quoi elle perdra son rôle de science et revêtira celui, beaucoup moins noble, de complice de ceux qui entendent influencer l’opinion publique sans tenir compte des critères objectifs dont doit émaner toute enquête. Si la statistique nous dit que nous avons mangé un poulet par personne parce que j’en ai mangé deux et vous même pas un, la considéreriez-vous comme une donnée crédible ? Bien sûr que non. C’est pourquoi, ainsi que je le disais, il importe d’avoir la curiosité et la compétence d’aller au-delà des chiffres et de comprendre les contextes, les causes, la portée de l’enquête et tout ce qui peut contribuer à donner aux chiffres leur juste valeur. Dans le cas contraire, nous aboutirions à l’ironie amère du poète romain Trilussa (1871-1950), qui avait précisément utilisé l’exemple du poulet dans un de ses poèmes célèbres : « Avec les calculs qui se font de nos jours, écrivait ce contempteur sarcastique des mœurs, le résultat est qu’il t’échoit un poulet par année. Et s’il ne fait pas partie de tes emplettes, tu es quand même dans la statistique car il y a quelqu’un qui en a mangé deux. »

Plus qu’une statistique, c’est une gaudriole. Prenez donc garde à donner aux chiffres leur juste sens afin que nous ne nous trouvions pas… dans le rôle du poulet.

Haut de page