>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Va’ Pensiero : L’ère du sens
Points de vue

Va’ Pensiero : L’ère du sens

lundi, 06 novembre 2017
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Le 9e FHH Forum, placé sous le thème « L’ère du sens », a inspiré ces propos introductifs à Franco Cologni, Président du Conseil culturel de la Fondation de la Haute Horlogerie.

En regardant les huit forums de ces dernières années, on voit très bien le fil rouge qui a traversé ces rencontres. Il tient en peu de mots : sortir de notre petite réalité, celle de la Haute Horlogerie, pour regarder la « grande » réalité du monde et de ses valeurs. Restons donc fidèles à ce principe. Pour ce 9e Forum, nous avons choisi de réfléchir sur « L’ère du sens ». Un choix courageux mais aussi stratégique. Car si vos décisions comme les miennes doivent avoir du sens, ce sens doit être défini, compris, communiqué et partagé.

Ce Forum doit nous inviter à réfléchir.
Franco Cologni

Pour tout dire, il faut penser au « sens » comme la base de nos valeurs. Celles auxquelles nous croyons mais que la vitesse croissante de notre quotidien remet souvent en question. De nos jours, la vitesse dévore le « sens ». Tout doit être instantané, immédiat, consommé sur l’autel du fast. « Fast and furious », comme on dit dans les westerns-spaghettis. Aujourd’hui, on ne s’arrête sur rien. Ce Forum doit nous inviter à réfléchir. L’ère du sens est-elle nécessairement l’ère du bon sens ? En réalité, pour quitter la zone du non-sens et pénétrer dans celle du bon sens, je dirais qu’il faut une « con-science ».

Le bon sens est le fruit de la con-science, de la signification que nous donnons à ce que nous faisons et ce que nous vivons. Une signification à dimension humaine. En contradiction avec la dimension virtuelle. Celle-là même qui est en train de stériliser nos cerveaux à force de clics. Bon sens, non-sens, voilà des idées parfaitement antagonistes. Et je ne parle pas du théâtre d’Ionesco mais bien de la grotesque absurdité des contradictions de notre temps. Un sujet dont nous avons parlé lors d’un précédent forum.

Je suis le premier à m’être interrogé sur la signification à donner au temps en général et à mes jours en particulier. Est-ce que ma présence ici relève du non-sens ? Mieux encore, est-ce qu’en vertu de ma con-science je suis en droit de partager un peu de bon sens avec vous ? Si la numérisation finira par l’emporter, le bon sens m’incite à reprendre con-science de l’authenticité des valeurs fondamentales de mon univers : l’Art et la Culture. La Fondation de la Haute Horlogerie est née pour mieux comprendre quelles sont ces valeurs. Des valeurs qui, grâce au bon sens de Fabienne Lupo, Présidente et Directrice générale de la FHH, et à votre con-science à vous tous, ont connu une diffusion totalement impensable il y a 20 ans.

La Michelangelo Foundation for Creativity and Craftmanship a été fondée il y a deux ans à Genève par Johann Rupert et moi-même sur la base des expériences tirées de ma Fondation des Métiers d’art. Or cette fondation entend valoriser ce que la main de l’homme saura toujours mieux faire qu’un robot ou une quelconque machine futuriste. Elle saura mieux faire grâce à la con-science du beau, du bien fait, de l’excellence et de l’unicité. Autrement dit grâce aux valeurs humaines.

Car, au-delà de l’exécution, ce qui fera toujours la différence, c’est justement le sens du faire, en un mot la conscience. Pour revenir à ce que je disais : le bon sens implique une con-science pour vaincre le non-sens. Et pour paraphraser Dostoïevski, nous dirons que ce n’est pas la beauté seule qui sauvera le monde mais aussi la conscience. Conscient que mon temps de parole s’achève, je vous invite à vous rendre sur le site de la Michelangelo Foundation. Et je vous donne rendez-vous à Venise en septembre 2018 pour un événement dont vous entendrez parler d’ici peu. À bientôt !

Haut de page