>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Va Pensiero: Mediocritas
Points de vue

Va Pensiero: Mediocritas

jeudi, 08 juin 2017
Fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Trois lettres seulement séparent la mediocritas ancienne et la médiocrité actuelle. Et pourtant, entre les deux, il y a un monde. Les exemples de personnes médiocres à la tête d’importantes entreprises ne manquent pas. Et le secteur du luxe est loin d’être épargné.

Dans sa deuxième ode, Horace invite Licinius à vivre dans la sagesse et la félicité, dans la quête d’un équilibre résidant dans la modération : le bonheur se niche dans une aurea mediocritas, autrement dit dans une situation dorée et heureuse qui permet de jouir des plaisirs de la vie sans en abuser.

L’élégie du juste milieu est également un trait caractéristique que l’on retrouve en France. L’architecture de Pierre Contant d’Ivry pour le Louvre fut par exemple définie par l’Encyclopédie comme le « juste milieu » entre la gravité du style antique et la frivolité du rococo. Il en va de même avec ce que l’on a appelé la Monarchie de Juillet, caractérisée par le personnage de Louis-Philippe d’Orléans et ses ministres Thiers et Guizot. Le « juste milieu » fut alors la ligne politique qu’ils essayèrent de préserver entre les tendances à la restauration absolutiste et les aspirations presque anarchistes prônant encore des solutions révolutionnaires.

Les exemples de personnes médiocres à la tête d’importantes entreprises, d’autorités publiques ou d’institutions culturelles sont trop nombreux pour n’en sélectionner qu’un seul.
Franco Cologni

Par conséquent, la mediocritas de nos anciens semble bien être une notion liée à des caractéristiques telles que la sagesse, la modération, la considération, le respect pour l’opinion d’autrui. Un terme apparemment passé de mode, désuet en ces temps d’extrémismes et d’horreurs barbares qui ne portent pas l’empreinte de la mediocritas mais bien celle de la médiocrité. Une médiocrité d’autant plus présente, envahissante et dangereuse qu’elle devrait précisément être bannie et soigneusement contrecarrée. Les exemples de personnes médiocres à la tête d’importantes entreprises, d’autorités publiques ou d’institutions culturelles sont trop nombreux pour n’en sélectionner qu’un seul.

Le monde du luxe n’échappe certes pas à ce défaut : quand bien même on parle d’«excellence», c’est souvent la médiocrité qui se manifeste. Il suffit de constater le peu de cas que l’on fait des vraies compétences, y compris dans notre secteur, pour comprendre le pouvoir que la médiocrité s’est arrogée. Tout le monde pense pouvoir exprimer des opinions sensées, fondées sur d’étranges considérations, sur des informations surgies de nulle part, en méprisant ceux qui ont étudié, investigué, en un mot consacré beaucoup de temps et de ressources à atteindre, justement, une « compétence » qui se distingue de la médiocrité.

Le luxe devrait être l’univers du génie, pas celui de la médiocrité.
Franco Cologni

La médiocrité et l’extrémisme vont de pair, tout comme l’ignorance et la pédanterie. Ce sont des aspects inquiétants et réducteurs d’une société dite de l’information qui, paradoxalement, a oublié la méditation au profit de l’exagération, évitant soigneusement de se confronter aux idées qui nous défient. Le luxe devrait être l’univers du génie, pas celui de la médiocrité : un génie qui, dans l’aurea mediocritas, s’exprimerait à l’envi mais qui, au milieu de la médiocrité contemporaine, est souvent étouffé et vilipendé. La médiocrité actuelle est trop éloignée de la mediocritas dorée du passé. L’histoire est maîtresse de vie, disait Cicéron. Mais qui a encore envie de la revivre ? Dommage.

Haut de page
Points de vue
Entretien avec Rolex Daytona Guy : pourquoi la Daytona ?
vendredi, 20 octobre 2017
11 min de lecture
Carlito Fuente et Ricardo Guadalupe © Hublot
Nouveautés
Hublot - Vous avez dit cigares ?
vendredi, 20 octobre 2017
La rédaction
4 min de lecture
6
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5