>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Va Pensiero: trop d’ego
Points de vue

Va Pensiero: trop d’ego

vendredi, 14 juillet 2017
Fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Lorsqu’on se concentre sur soi-même, lorsque la communication devient une simple manifestation de l’ego, on perd de vue un élément à vrai dire fondamental dans l’univers du luxe, quand bien même il paraît paradoxal : la gratuité.

Le terme « ego » désigne habituellement l’idée de se référer à sa propre personne en tant qu’« expression de la conscience de soi ». Autrement dit, la conscience de qui nous sommes, de notre identité, des caractéristiques qui nous rendent différent des autres. Mais le terme « ego » désigne aussi un trait un peu excessif, envahissant, qui ne tient guère compte de la personnalité d’autrui. Ce n’est pas pour rien que l’on qualifie d’« égocentrique » celui qui veut toujours être au centre de l’attention et d’« égoïste » celui qui veut tout pour lui. L’égocentrisme, l’égoïsme, sans parler de la tendance de rapporter à soi toute expérience et tout événement, semblent être des phénomènes de plus en plus répandus à l’heure des médias sociaux.

Dans cette révolution d’attentes croissantes (toujours plus de nouvelles, toujours plus d’actualisations, toujours plus de contacts, toujours plus vite), les médias sociaux ont également impliqué les marques du luxe. De nos jours, on attend d’elles aussi qu’elles agissent, réagissent et répondent à la vitesse de la lumière, en fournissant des réponses aussi sensées qu’immédiates à quiconque se prétend leur interlocuteur.

La seule vraie connexion reste humaine, pas virtuelle : réelle, dévoreuse d’énergie mais, pour cette raison justement, durable.

L’arrivée dynamique, et souvent problématique, des marques du luxe dans les médias sociaux a engendré de nouveaux conflits : entre ces êtres humains qui, au fond, constituent l’ossature et l’identité des marques. Leur ADN. Qui représente une Maison ? Le directeur de la création, diront les uns. L’administrateur délégué, diront les autres. Au point que l’on se demande si le chœur de louanges que les fondus du clavier réservent au premier ou au second fait référence à eux, à ce qu’ils font, à ce qu’ils inventent ou à la marque qui les a embauchés pour faire évoluer son langage. Souvent, le succès de la marque sur les réseaux sociaux est mesuré sur la base des « like », des partages, du sentiment provoqué non par un produit, ni par une histoire, ni par une innovation mais par une personne. Et lorsque cette personne change d’entreprise, il est difficile de dire ce qu’il adviendra de la vague d’intérêt qu’elle a provoquée.

Lorsqu’on se concentre sur soi-même, lorsque la communication devient une simple manifestation de l’ego, on perd de vue un élément à vrai dire fondamental dans l’univers du luxe, quand bien même il paraît paradoxal : la gratuité. Le geste gratuit place forcément dans l’ombre celui qui l’a consenti afin de mettre en lumière une relation plus qu’une personne. Et si les biens de luxe sont nécessairement des biens « relationnels », qui créent le désir et expriment des valeurs, peut-être que les médias sociaux devraient se mettre au service de cette relation, pas de celui qui l’établit. Parce que la seule vraie connexion reste humaine, pas virtuelle : réelle, dévoreuse d’énergie mais, pour cette raison justement, durable. Un message que l’ego de bon nombre de grands managers a, hélas, détourné.

Haut de page
Points de vue
Va Pensiero: Mediocritas
jeudi, 08 juin 2017
4 min de lecture
Karl-Friedrich Scheufele Chopard
Videos
Ferdinand Berthoud: interview de Karl-Friedrich Scheufele
vendredi, 22 septembre 2017
 
1 min de lecture
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5