>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Vacheron Constantin au sommet de l’Everest horloger
Nouveautés

Vacheron Constantin au sommet de l’Everest horloger

lundi, 21 septembre 2015
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

La montre la plus compliquée au monde, tel est le record que peut revendiquer Vacheron Constantin avec sa Référence 57260. Un chiffre symbolique puisque « 57 » représente le nombre de complications intégrées dans cette montre de poche et « 260 » l’anniversaire fêté cette année par la plus ancienne manufacture n’ayant connu aucune interruption d’activité.

« Veni, vidi, vici. » Le constat est sans appel pour Vacheron Constantin qui, comme César, peut crier victoire. « La montre Référence 57260, estampillée du prestigieux Poinçon de Genève, est un chef-d’œuvre horloger à double cadran, caractérisé par une complexité et des innovations techniques qui dépassent l’entendement. » Pour une fois, les termes utilisés par une Maison horlogère pour définir son travail ne sauraient sonner plus juste. On pourrait même dire que Vacheron Constantin, en l’occurrence, fait dans l’understatement. Quelques chiffres suffisent pour s’en convaincre. Cette Référence 57260 cumule 57 complications animées par 2’826 composants pour un poids proche du kilogramme. Pas moins de huit ans de développement auront été nécessaires pour réaliser cette pièce exceptionnelle avec trois horlogers aux commandes au sein du Cabinet des Cabinotiers, l’atelier de Vacheron Constantin qui réalise des montres sur mesure pour les « clients-collectionneurs » de la marque. Une dizaine de brevets a été déposée pour protéger l’innovation de cette pièce unique dont la valeur, secret bien gardé, se chiffre en millions.

En un mot, avec cette Référence 57260, Vacheron Constantin représente la montre la plus compliquée jamais réalisée. Pour pouvoir l’affirmer, la Maison s’est adressée aux instances spécialisées du Poinçon de Genève, à l’expert Arnaud Tellier, ancien conservateur du musée Patek Philippe, ainsi qu’à Aurel Bacs, président du Grand Prix d’Horlogerie de Genève et commissaire-priseur vedette qui officie aujourd’hui en partenariat avec la Maison Philipps. En sachant qu’il n’existe pas de nomenclature officielle sur la question du décompte des complications horlogères, le verdict n’en est pas moins tombé à mi-septembre. Celui-ci donne confirmation à la manufacture genevoise, qui peut désormais s’octroyer les lauriers du vainqueur toutes catégories.

La montre la plus compliquée du XXIe siècle.
« Une incroyable aventure humaine »

Au-delà de la pure prouesse technique, Juan-Carlos Torres, CEO de Vacheron Constantin, a tenu à mettre en avant l’aventure humaine lors de la présentation à Genève de cette Référence 57260 : « Cette histoire incroyable a commencé en 2007 peu de temps après que nous avons mis sur pied notre concept du Cabinet des Cabinotiers, expliquait-il. Et pour réaliser ce projet inouï, nous avons dû travailler à partir d’une page blanche. » Contrairement aux autres montres ultra-compliquées développées à partir de calibres existants, Vacheron Constantin n’avait pas dans son escarcelle un mouvement susceptible de se prêter à cet exercice. La Référence 57260 a donc été nouvellement conçue dans sa totalité avec un constant souci d’originalité, comme le démontre le chronographe à rattrapante à double seconde rétrograde ou le quantième perpétuel hébraïque, le premier du genre.

Une aventure humaine qui débute donc avec la rencontre de Dominique Bernaz, directeur des ventes chez Vacheron Constantin, qui venait de prendre la responsabilité du Cabinet des Cabinotiers, alors en pleine phase de lancement. Rencontre donc avec un collectionneur de ses connaissances, de passage dans la cité de Calvin pour une session de ventes aux enchères. « J’avais effectivement accepté de prendre la responsabilité des “cabinotiers” en sachant pertinemment que ce nouveau département n’avait de sens qu’à partir du moment où nous serions capable de l’alimenter avec des commandes spécifiques. Raison pour laquelle je voulais rencontrer ce collectionneur en particulier, car, avec lui, je pensais avoir de bonnes chances de pouvoir amorcer le processeur. En d’autres termes, j’étais pratiquement certain que la proposition de réaliser pour lui une montre sur mesure saurait l’intéresser. » Dominique Bernaz était dans le vrai. Mais si le nom du collectionneur reste un secret bien gardé – une exigence clairement stipulée dans un contrat qui aura nécessité 18 mois de préparation –, sa requête est tombée comme un couperet : il acceptait bel et bien la proposition de Vacheron Constantin à la condition que la manufacture réalise pour lui « la montre la plus compliquée du XXIe siècle ».

Au moins 36 complications.
Un monde de superlatifs

Après réflexion, Juan-Carlos Torres, homme de défis, accepte de relever le gant, soit la réalisation d’une pièce dotée d’au moins 36 complications. Inutile de chercher très loin quelle était la pièce à « battre ». Après la Marie-Antoinette de Breguet achevée en 1827, une pièce incluant toutes les complications connues de l’époque, c’est la Leroy 01 achevée en 1904 et ses 24 fonctions qui a longtemps détenu la palme de « montre de poche la plus compliquée au monde ». Avant que la Patek Philippe Calibre 89, conçue pour le 150e anniversaire de la Maison, ne vienne établir un nouveau record avec ses 33 complications pour un total de 1 728 composants. Réalisée en quatre exemplaires, l’un d’entre eux est parti pour CHF 5,1 millions de francs lors d’une vente aux enchères orchestrée par Antiquorum en 2009. Cela donne une idée du registre de prix dans lequel se positionne cette Référence 57260.

Cette exigence minimale de 36 complications fait également référence à un autre garde-temps, dans l’univers de la montre-bracelet cette fois, qu’il s’agissait bel et bien de surpasser. Après la Tour de l’Île de Vacheron Constantin et ses 16 complications présentée en 2006, c’est l’Eternitas Mega 4 due à Franck Muller en 2009 qui détenait l’appellation de « montre la plus complexe » avec ses 36 « fonctions ». Une appellation que la Grande Complication Hommage à Nicolas Hayek de Breguet et ses 35 complications n’a pas pu contester en 2013, pas plus que la Grandmaster Chime de Patek Philippe fêtant en 2014 les 175 ans d’inventivité de la manufacture avec ses 20 complications. Juan-Carlos Torres a beau prétendre que Vacheron Constantin n’est pas engagé dans une course à la complication horlogère et qu’il serait très heureux de voir le record de la « 57260 » battu à nouveau, preuve des capacités d’innovation inépuisables de l’industrie horlogère, l’étincelle qui brillait dans ses yeux lors du lever de rideau sur cette Référence 57260 en disait suffisamment long quant à sa fierté de positionner « sa » Maison au sommet du mont Olympe de l’horlogerie mécanique.

Les chapitres de la Référence 57260
  1. Fonctions de mesure du temps avec tourbillon tri-axial à spiral sphérique et heures universelles
  2. Fonctions du calendrier perpétuel avec, notamment, date rétrograde, semainier et numéro du jour de la semaine
  3. Fonctions du calendrier perpétuel hébraïque
  4. Fonctions du calendrier astronomique avec, notamment, carte céleste, temps sidéral et équation du temps
  5. Fonction du calendrier lunaire
  6. Fonctions du calendrier religieux avec la date du Yom Kippour
  7. Fonction du chronographe à trois roues à colonnes
  8. Fonction du réveil
  9. Fonction du Carillon Westminster
  10. Autre fonction dont un mécanisme à secret pour l’ouverture du bouton pour tige de réveil
Haut de page