>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Valeur et variété
Points de vue

Valeur et variété

jeudi, 14 juillet 2016
Fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

À son arrivée en Italie, en 1786, Goethe  a été frappé par la lumière et les couleurs de la Méditerranée. Ce qui lui a fait comprendre une évidence : « l’œil se forme selon les objets qu’il aperçoit depuis le jeune âge. [Aussi] le peintre vénitien doit voir toute chose dans une lumière plus claire et plus sereine que les autres hommes ». On connaît la réalité à travers la nature, on comprend l’art à travers la technique ; sa recherche est morphologique, elle lie la poésie et la science. De son voyage en Italie, Goethe déduira cette « théorie des couleurs » qui va faire école dans toute l’Europe.

Cette théorie est basée, précisément, sur la valeur, la beauté et la variété de ce qui nous entoure. Du reste, à peine quelques années plus tôt, Montesquieu, toujours extrêmement attentif à tous les facteurs culturels, artistiques et scientifiques des différents paysages, écrivait : «  depuis que je suis en Italie, j’ai ouvert les yeux sur des arts dont je n’avais absolument aucune idée ». L’article « Goût » qu’il rédige pour l’Encyclopédie se base largement sur la « variété » qu’il a trouvée en Italie. Selon l’aristocrate français, Raphaël, par exemple, est le modèle même de ce « je ne sais quoi » qui résume la manifestation sage et indicible du goût. Perspective, proportion, ordre et nature : un ensemble d’éléments extraordinaires qui, justement, donne vie à une « variété » louable, enrichissante, par certains côtés mystérieuse mais toujours perçue comme une richesse.

La variété culturelle et territoriale de l’Italie peut être comparée à celle que l’on trouve en Suisse dans le domaine de l’horlogerie. Là aussi, l’œil est accoutumé à reconnaître ce qui est bien fait, ce qui a de la valeur et ce qui manque d’originalité ; là aussi, il y a ce « je ne sais quoi » qui donne à chaque montre une véritable consécration ; là aussi, les grandes manufactures (le mot est important) et les petits mais géniaux artisans s’appliquent, tout comme les artistes et les maîtres d’art italiens, à créer des chefs-d’œuvre qui resteront dans les mémoires.

Je me demande donc pourquoi, en Suisse, la diversité et la variété ne sont pas perçues comme des valeurs. Il y a encore trop de soi-disant experts en horlogerie qui cherchent à décrier leurs concurrents, dédaignant les créations des uns et des autres et dénigrant les visions discordantes. En fin de compte, ce sont toujours les clients qui choisissent et ils y prennent davantage de plaisir lorsqu’ils peuvent choisir parmi une grande variété de propositions. La diversité est l’indice d’un système vital et comme telle, elle doit être préservée et non pas faire l’objet d’ennuyeuses diatribes d’opérette. L’horlogerie est l’art du temps et le temps est, par sa nature même, « variable ». Il est inutile de s’opposer à ce que l’univers a déjà fait et continue à faire bien mieux que nous.

Haut de page
Karl-Friedrich Scheufele Chopard
Videos
Ferdinand Berthoud: interview de Karl-Friedrich Scheufele
vendredi, 22 septembre 2017
 
1 min de lecture
Hublot, l’art de la fusion
Regards de connaisseurs
Le nouvel âge d’or
vendredi, 22 septembre 2017
7 min de lecture
12
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5