>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Van Cleef & Arpels, un conteur d’histoires
SIHH

Van Cleef & Arpels, un conteur d’histoires

lundi, 27 janvier 2014
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Au Salon international de la Haute Horlogerie 2014, Van Cleef & Arpels impressionne comme toujours par sa maîtrise des métiers d’art donnant naissance à des cadrans « extraordinaires » et par son interprétation des complications horlogères. Entretien avec Denis Giguet, directeur des ateliers horlogers de la Maison.

Van Cleef & Arpels n’est jamais avare de ses arts. La Maison en fait une nouvelle démonstration au Salon international de la Haute Horlogerie en présentant pas moins de 18 nouveaux visages à ses Midnight et Lady Arpels, sans oublier deux déclinaisons originales de sa Pierre Arpels. En d’autres termes, les métiers d’art sont à l’honneur au sein de la marque, qui revisite année après année ces techniques ancestrales pour mieux les sublimer sur les cadrans de ses garde-temps. Au sein des modèles originaux de l’année également, deux montres à complication conçues en parfaite conformité avec son univers poétique : une Midnight Planétarium et une Pierre Arpels Heure d’ici & Heure d’ailleurs.

Pierre Arpels Heure d’ici & Heure d’ailleurs © Van Cleef & Arpels
Une autre lecture du temps

La première reproduit en miniature le mouvement de six planètes autour du soleil : la Terre, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, toutes animées par un mouvement mécanique développé en collaboration avec la Maison Christiaan van der Klaauw. Chacune des planètes, positionnées sur autant de cercles concentriques en aventurine, se déplace conformément à son temps de rotation réel, soit plus de 29 ans pour Saturne, presque 12 ans pour Jupiter ou encore 687 jours pour Mars. La lecture de l’heure se fait par une étoile filante en périphérie du cadran sur 24 heures. Au dos de la montre, deux guichets donnent le jour, le mois et l’année. Cerise sur le gâteau, la lunette tournante permet de sélectionner le jour de son choix sur un calendrier gradué actionnant une étoile gravée sur la glace saphir qui, à cette date, verra la Terre se positionner directement en dessous, synonyme d’un jour de chance.

La Pierre Arpels Heure d’ici & Heure d’ailleurs offre quant à elle un mouvement automatique développé avec l’Atelier genevois d’horlogerie Agenhor qui présente un affichage à double heure sautante, correspondant à deux fuseaux horaires, et minutes rétrogrades. « Ces deux garde-temps illustrent très bien la démarche que nous avons adoptée chez Van Cleef & Arpels en termes de complications horlogères, explique Denis Giguet, directeur des ateliers horlogers de la Maison. Nous partons d’abord d’une idée, d’une histoire que nous voulons raconter et non d’un quelconque concept mécanique. Celle-ci fait ensuite son chemin entre Nicolas Bos, CEO de Van Cleef & Arpels, le service marketing basé à Paris et notre bureau de création à Genève. À la suite de ces premières réflexions et si cette idée fait du sens au niveau horloger, alors commencent les premières esquisses, qui doivent confirmer que la montre imaginée est bel et bien en conformité avec la tradition de la marque. Auquel cas commence alors un développement plus classique qui correspond à toute conception de montre dans l’univers de la mesure du temps. »

Nous ne faisons aucun compromis à l’esthétique de nos pièces.
Denis Giguet
Des finitions de Haute Horlogerie

Autre leitmotiv de Van Cleef & Arpels en matière horlogère : « Nous ne faisons aucun compromis à l’esthétique de nos pièces, poursuit Denis Giguet. Si l’on prend l’exemple de la Pierre Arpels Heure d’ici & Heure d’ailleurs, nous avons voulu que cette complication reste d’une grande simplicité d’utilisation pour privilégier son aspect original. De plus, si nous ne sommes pas encore aux critères du Poinçon de Genève, nous tendons clairement vers des finitions propres à la Haute Horlogerie. Cela signifie que nous intégrons progressivement les compétences nécessaires au sein de nos propres ateliers même si, pour le développement de tel ou tel produit, nous allons également chercher un savoir-faire auprès de concepteurs à même de répondre à nos histoires. »

Ces deux modèles de l’année offrent un parfait exemple de la démarche Van Cleef & Arpels dans le secteur horloger, une stratégie qui s’est notamment déjà traduite par une nouvelle vie donnée il y a deux ans à la Pierre Arpels. « Cette pièce élégante et intemporelle nous permet de nous différencier de la concurrence dans l’univers masculin, souligne Denis Giguet. Nous allons donc progressivement l’enrichir de complications qui nous sont propres. N’oublions toutefois pas que la marque est aujourd’hui encore perçue comme essentiellement féminine et joaillière. Nous ne voulons donc pas brûler les étapes. Il s’agit aujourd’hui d’installer le modèle Pierre Arpels dans la durée. Mais avec le niveau de finition que nous proposons et les compétences recrutées en interne, nous avons déjà franchi un palier important. » Sur la base de ses 102 points de vente dont plus de 60 en propre, Van Cleef & Arpels compte bien alimenter sa croissance grâce à ses dons de conteur d’histoire.

Haut de page