>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Verbatim – Ronnie Bernheim : le renforcement du Swiss Made,...
Economie

Verbatim – Ronnie Bernheim : le renforcement du Swiss Made, une menace pour l’emploi !

mercredi, 28 avril 2010
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

Le projet « Swissness » ne contente pas tout le monde tant s’en faut, explique le site swissinfo.ch. En discussion au parlement helvétique, celui-ci prévoit en effet un renforcement du Swiss Made stipulant que 60% au moins du prix de revient des montres doivent être produits en Suisse, contre 50% actuellement. Pour luter contre ces nouvelles dispositions, environ 25% des fabricants de montres des gammes inférieures à moyennes se sont constitués en Communauté d’intérêts Swiss Made, afin de contrer cette révision de la loi.

«La branche serait pour ainsi dire coupée en deux entre la première classe qui compte les fabricants de montres de luxe et la deuxième classe, soit les fabricants des catégories inférieures à moyennes qui, eux, devraient délocaliser leur production à l’étranger, affirme Ronnie Bernheim, porte-parole de la communauté d’intérêts et patron, avec son frère André, de Mondaine Watch, société connue pour produire la fameuse montre-bracelet à l’effigie de l’horloge des gares suisses qui a engagé quelque 70 personnes ces derniers mois. Ces fameux 10% supplémentaires du Swissness imposés à la production en Suisse feraient doubler les prix de vente. Ainsi, la classique de Mondaine Swatch ne coûterait plus 170 francs mais près de 350 et la M-Watch 70 au lieu de 35 francs. Inacceptable ! »

Exemple: avec «Swissness», le même boîtier de montre que Mondaine fait fabriquer à l’étranger selon les standards de qualité suisses reviendrait cinq à six fois plus cher. «Si nous produisons un boîtier bon marché mais médiocre en Suisse plutôt qu’un boîtier de qualité à l’étranger, à l’arrivée, on se retrouverait avec une montre qui serait davantage suisse, certes, mais de moins bonne qualité. Si la révision passe, cela signifie que nous devrions transporter la totalité de notre production dans notre fabrique de Hongkong », poursuit l’industriel. Dans l’usine rachetée l’année dernière en Asie, 500 employés produisent déjà des montres pour les marques Esprit, Joop et Puma.

De son côté, le président de la FH, Jean-Daniel Pasche, défend le projet car il estime que la clientèle est en droit d’attendre que la majorité des composants d’une montre suisse proviennent de Suisse © Fédération de l'industrie horlogère su
De son côté, le président de la FH, Jean-Daniel Pasche, défend le projet car il estime que la clientèle est en droit d’attendre que la majorité des composants d’une montre suisse proviennent de Suisse © Fédération de l'industrie horlogère su

De son côté, le président de la FH (Fédération de l’industrie horlogère suisse), Jean-Daniel Pasche, défend le projet car il estime que la clientèle est en droit d’attendre que la majorité des composants d’une montre suisse proviennent de Suisse. Quant Swatch Group, il apporte son soutien inconditionnel à révision législative.

tags
Haut de page