>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Vintage, du rétro à la sauce moderne
Modes & Tendances

Vintage, du rétro à la sauce moderne

mercredi, 11 avril 2012
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

« Vintage », cette appellation est devenue monnaie courante dans le descriptif de la production horlogère actuelle. Certaines sources en attribuent l’étymologie au mot « vendange » de l’ancien français qui, anglicisé, s’appliquait à des crus exceptionnels, de grands millésimes. D’autres préfèrent y voir comme origine linguistique un anglicisme tiré de la locution « vingt ans d’âge », qui, en horlogerie, sert ainsi à désigner des garde-temps de plus de deux décennies. Étant donné l’âge canonique de la plupart des manufactures, nombre de modèles iconiques des marques entrent ainsi dans cette catégorie, devenue récemment une des grandes tendances horlogères avec des pièces qui s’ingénient à perpétuer les réalisations majeures du passé.

Le millésime 2012 des gardiens de la mesure du temps ne fait pas exception à la règle. Audemars Piguet en offre une excellente illustration pour fêter cette année les 40 ans de sa Royal Oak, première montre sportive de luxe en acier, avec pas moins de huit pièces anniversaires. Anniversaire également pour Vacheron Constantin, qui fête les 100 ans de la forme tonneau en revisitant sa ligne Malte. Van Cleef & Arpels propose une nouvelle interprétation de la Pierre Arpels datant de 1947. Cartier ajoute une Anglaise à ses Tank, dont le premier modèle est de 1919. Panerai reste fidèle à ses Radiomir 1940 et Luminor 1950. La Deep Sea Vintage Chronographe de Jaeger-LeCoultre est un nouvel hommage à sa Memovox Deep Sea de 1959.

Cette réminiscence du passé était tout aussi palpable lors du Salon bâlois – Baselworld –, notamment chez Zenith, qui redonne vie à ses montres pilote dont les premiers modèles remontent au début du siècle passé, tombées depuis dans l’oubli. Chanel pare sa Première de 1987 d’un tourbillon volant. Corum prolonge son Admiral’s Cup de 1960 avec une ligne Legend. La première Speedmaster d’Omega, qui a été portée dans l’espace par l’astronaute Wally Schirra en 1962 lors de la mission Mercury Atlas 8, trouve son héritière avec la First Omega in Space. À ses côtés, la Carrera Calibre 17 Chronograph Jack Heuer a été réalisée pour les 80 ans de l’arrière-petit-fils du fondateur de la marque, qui a conçu la Carrera en 1963. Glashütte réédite son Original Senator Observer, montre d’observation dont Julius Assmann, grand artisan du développement horloger à Glashütte, s’était fait une spécialité et qui équipait Roald Amundsen lors de sa légendaire expédition au pôle Sud en 1911. Inutile de prolonger la liste, les clins d’œil appuyés des Maisons à leurs origines ont de quoi attirer l’attention. À l’intention de ceux pour qui l’horlogerie est immanquablement une évocation du passé.

Haut de page