>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Zenith à la conquête des airs
Nouveautés

Zenith à la conquête des airs

jeudi, 09 février 2012
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

« Pilote », une désignation largement utilisée dans l’univers horloger tant les manufactures ont fait montre d’inventivité pour équiper ces « fous » volants d’instruments adéquats. Zenith fait partie de celles-là et donne une deuxième jeunesse à ses pièces historiques.

Inutile de chercher un simulateur de vol, une piste de décollage miniature ou la carlingue d’un zinc de la Seconde Guerre mondiale chez Zenith. Cette année, l’intention est pourtant de faire honneur à cet univers particulier de l’horlogerie que sont les instruments de mesure du temps réalisés comme une aide précieuse au pilotage. « Et dans ce registre, nous avons toute la légitimité voulue, explique Juliette North, directrice du marketing et de la communication chez Zenith, rencontrée en marge du Salon International de la Haute Horlogerie. Au cours de la première moitié du XXe siècle, la manufacture a par exemple réalisé nombre de compteurs d’avion. Louis Blériot portait immanquablement une Zenith au poignet lors de ses sorties aériennes. Le nom “pilote” est d’ailleurs propriété de la marque. Dans cet esprit, ce début d’année chez Zenith est synonyme de nouvelles références dans le domaine des montres Pilote. »

Et Juliette North de poursuivre : « Pas question toutefois de faire de la surenchère, nous abordons cette thématique en restant proche de nos racines. C’est pourquoi, en termes de communication, nous avons opté pour un univers imaginatif en faisant travailler des dessinateurs de bandes dessinées sur différents aspects de l’aviation du temps des pionniers. Nous n’avons nullement l’intention de sensibiliser une clientèle faite d’intrépides conducteurs de machines volantes avec des plaques de chocolat en guise d’abdomen. Non, nous nous adressons aux amateurs des grands espaces, aux amoureux de la découverte, aux explorateurs contemporains quels qu’ils soient. À tous ceux-là, nous proposons une nouvelle poésie de l’aviation. »

La Maison présente enfin une montre femmes qui ne soit pas une déclinaison d'un de ses modèles masculins.
Reconquête aérienne

Cette reconquête du passé a ainsi pris la forme chez Zenith d’une El Primero Chronomaster 1969 qui porte haut les trois couleurs d’origine du premier chronographe El Primero, calibre d’anthologie qui mesure le temps au dixième de seconde grâce à son mouvement battant à 36’000 alternances/heure. Pour l’occasion, Zenith y a ajouté ce qui est devenu depuis l’un des signes distinctifs de la manufacture, à savoir une ouverture sur le cadran permettant d’admirer le battement du calibre, en l’occurrence le nouveau mouvement chronographe automatique El Primero 4061 développé par la Maison. Cette pièce est également assortie de trois nouvelles références (à découvrir à Baselworld) : une montre Aéronef Type 20 aux larges dimensions de 57 millimètres, un clin d’œil aux « monstres » des premiers temps de l’aviation, une Pilote Doublematic Chronographe Alarme GMT et une Pilote Grande Date Chronographe, toutes trois équipées du calibre historique 5011 développé par Zenith dans les années 1950. La Maison présente enfin une montre femmes, la première développée par la manufacture qui ne soit pas une déclinaison d’un de ses modèles masculins, la Cosmopolitan Open avec chiffres romains.

Pour ce qui est des pièces qui relèvent du grand art horloger, il faudra attendre l’automne prochain avec, certainement, une nouvelle déclinaison de la Christophe Colomb, dotée cette fois-ci d’un calibre à chaîne. C’est que Zenith est en plein chantier, avec un outil de production en totale transformation dans les bâtiments historiques de la manufacture, l’une des seules à regrouper tous ses métiers sous un même toit, qui est par ailleurs celui d’origine de la Maison. Les équipes devraient pouvoir progressivement réintégrer le site durant les prochaines vacances horlogères. Le temps de peaufiner la stratégie pour l’année qui suit un exercice des plus positifs pour Zenith avec une croissance sur tous les territoires où la marque est présente. « Et il nous reste encore de nombreux marchés à développer, conclut Juliette North, comme les États-Unis, l’Amérique latine ou les pays de l’Est. » Rien d’étonnant à ce que l’exploration aérienne soit au menu de l’année.

Haut de page