>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Zenith, de Defy en Revival
Actualités

Zenith, de Defy en Revival

mercredi, 17 juin 2020
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Depuis Dubai 2020, événement qui réunissait les marques du groupe français LVMH dont Zenith, la Maison continue d’alimenter l’actualité, notamment avec des pièces « Revival ». Le CEO de la Maison Julien Tornare s’en expliquait lors d’un webminar organisé par MPP Middle East Media. Entretien.

Quand Aurel Bacs, le magicien du marteau qui enflamme les enchères de Phillips, se prononce sur la future pépite horlogère, autant dire qu’il est écouté comme la pythie de Delphes. Or récemment, il faisait savoir dans Robb Report que c’est du côté de Zenith que son cœur balance. Et plus particulièrement vers les El Primero A386, l’une des trois références – aux côtés des A384 et A385 – qui ont marqué le lancement de ce chronographe mythique en 1969. En novembre dernier, Phillips faisait d’ailleurs état du tout premier partenariat conclu avec une marque horlogère, en l’occurrence avec Zenith, pour la création de trois chronographes El Primero exclusifs précisément basés sur la référence A386. La pièce unique en platine et cadran en lapis-lazuli s’est vendue pour $ 250’000 en faveur d’une œuvre de charité, tandis que les deux séries limitées de 20 pièces en or jaune et de 49 pièces en acier sont parties en 30 minutes.

Julien Tornare (CEO Zenith, partenaire de Cohiba)
Julien Tornare (CEO Zenith, partenaire de Cohiba)

Inutile de dire que ce type de nouvelles a de quoi réjouir Julien Tornare, le CEO de la Maison, qui participait à un récent webminar organisé par Nader Freiha, directeur exécutif de MPP Middle East Media. Si Julien Tornare s’est ainsi plu à présenter les pièces dévoilées en janvier à Dubai, à savoir la féminine Defy Midnight, les Pilot Rescue et autre robuste Defy 21 Land Rover Edition, assorties de la Defy 21 dédiée au DJ Carl Cox et des nouvelles pièces Elite, il s’est également étendu sur les récents modèles « Revival » qui font évidemment honneur au légendaire mouvement El Primero. Au menu : une Chronomaster Revival « Shadow » donnant corps à un prototype jamais commercialisé de la référence A384, une El Primero A384 Revival avec son bracelet métal « échelle » et une Chronomaster Revival Manufacture Edition inspirée cette fois de la référence A386 équipée de cadrans calqués sur des originaux inédits récemment découverts dans les recoins de la manufacture. Sans oublier la El Primero A318 Revival « Cover Girl », réédition d’un modèle de 1971 produit en série limitée.

El Primero A384 Revival © Zenith
El Primero A384 Revival © Zenith
Un calibre comme le El Primero, vieux de 50 ans mais qui jouit d’une telle notoriété, est-ce finalement une force ou une faiblesse pour une marque ?

Julien Tornare, CEO de Zenith : C’est indubitablement une force fantastique, mais il faut savoir en maintenir la désirabilité, car on ne peut pas toucher au cœur du mouvement afin de rester fidèle à l’original. Tout au plus peut-on travailler pour le rendre encore plus fiable. C’est d’ailleurs ce que nous avons fait. Cela dit, il faut aussi faire attention de ne pas rester figé dans le passé. C’est exactement ce que m’ont dit les horlogers qui sont à la base du El Primero d’origine et que j’ai encore eu la chance de rencontrer. Ceux-là mêmes à qui on disait à l’époque que leurs efforts pour réaliser un chronographe automatique étaient voués à l’échec. Le message est clair : l’innovation est facteur d’avenir. Alors si on réalise des pièces « revival » basées sur le El Primero, aussi mythique soit-il, nous devons également vivre avec notre temps.

Defy El Primero Double Tourbillon © Zenith
Defy El Primero Double Tourbillon © Zenith
C’est ce que vous faites avec la ligne Defy présentée comme le « futur de l’horlogerie traditionnelle » ?

En effet. Même si nous sommes une Maison fondée en 1865, une Maison de tradition, nous devons utiliser cette magnifique histoire pour nous projeter dans l’avenir. Et la ligne Defy en est l’incarnation en tant que laboratoire de la marque. C’est la ligne de produits qui concentre l’innovation et la créativité avec des pièces comme le chronographe Defy 21 précis au 1/100 de seconde, la Defy Double Tourbillon, la Defy Inventor avec son oscillateur révolutionnaire ou la Defy Zero G et son module gyroscopique « Gravity Control ». Il s’agit donc de trouver un juste équilibre entre les collections Chronomaster qui font honneur au passé et Defy tourné vers l’avenir, en sachant que la tradition Zenith dans la chronométrie et la précision est notre ligne de conduite. Pas question de s’écarter de ce champ d’activité si l’on veut que Zenith reste cohérent et intéresse les nouvelles générations. Nous articulons ainsi notre offre autour des deux piliers que sont Defy et Chronomaster avec les Pilot et Elite en appui. Il s’agit aujourd’hui de stabiliser ces quatre lignes sur la base d’une centaine de références, en évitant le développement de produits sans lendemain. Et, surtout, nous devons être très attentifs au positionnement. Par le passé, l’industrie du luxe a eu tendance à exagérer. Dans le monde actuel où l’information est instantanée, nous devons présenter des montres qui offrent une réelle valeur pour le prix proposé.

Pilot Type 20 Rescue © Zenith
Pilot Type 20 Rescue © Zenith
Qu’en est-il du commerce en ligne ?

Si l’on veut être une marque contemporaine et innovante, on ne peut faire l’impasse sur le commerce en ligne. Chez Zenith, nous voulons être mutlicanal. Autant les boutiques Zenith sont nécessaires pour véhiculer les valeurs de la marque, autant les achats en ligne doivent faire partie des services proposés. Pas question toutefois de négliger les détaillants. Comme nos produits sont très techniques, les revendeurs ont un rôle très important à jouer.

Haut de page