>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Zenith « Defy » les lois de la précision mécanique
Actualités

Zenith « Defy » les lois de la précision mécanique

jeudi, 21 septembre 2017
fermer
Editor Image
Marie de Pimodan-Bugnon
Journaliste indépendante

“Il faut absolument être moderne.”

Arthur Rimbaud

De la passion, beaucoup de curiosité et une bonne dose d’émerveillement ! La recette essentielle pour raconter les mille et une facettes de l’horlogerie…

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Besoin de quelques éclaircissements sur le nouvel oscillateur Zenith placé au cœur de la Defy Lab annoncée comme la montre la plus précise au monde ? On vous dit tout, ou presque, sur ce développement technique appelé à révolutionner l’industrie horlogère et opérer le retour de la marque étoilée au septième ciel.

Depuis quelques jours, la question est sur toutes les lèvres. Alors, ce nouvel oscillateur, il est vraiment révolutionnaire ? Pour en convaincre les quelque 250 représentants de la presse internationale, collectionneurs et aficionados de la marque venus affronter le froid automnal de la vallée de Joux et la pluie battante du Locle pour découvrir la dernière prouesse chronométrique de Zenith, c’est à une véritable démonstration scientifique que se sont livrés les intervenants. En brillant maître de cérémonie, Aurel Bacs, incontournable commissaire-priseur de Phillips. Dans le rôle du mentor, Jean-Claude Biver, Président de la division montres de LVMH et CEO de TAG Heuer. Dans celui du génie scientifique, Guy Sémon, CEO du Science Institute LVMH, accompagné d’ingénieurs au discours didactique parfaitement rodé. Sans oublier Julien Tornare, le nouveau CEO de Zenith. Et enfin, en front row pour soutenir l’effort collectif, Ricardo Guadalupe, CEO d’Hublot, et, star discrète mais convaincue, Jack Heuer en personne. Une équipe soudée, au grand complet, rassemblée en rangs serrés pour illustrer la synergie des compétences au sein de LVMH et assister au lancement international de cette « innovation majeure dans l’horlogerie depuis l’invention du principe balancier & spiral en 1675 par le scientifique Christiaan Huygens ».

Zenith Defy Lab
L'oscillateur est conçu d’un seul tenant, une construction qui remplace la trentaine de composants généralement utilisés pour un organe réglant standard. © Zenith
Précision superlative

Alors, ce nouvel oscillateur, il est vraiment révolutionnaire ? Entre révolution et évolution, le poids des mots impose une certaine prudence. Une chose est certaine cependant, c’est que la Defy Lab qui accueille ce développement technique est la première montre mécanique à apporter une véritable évolution du principe de régulation balancier & spiral inventé par Huygens il y a près de trois siècles et demi. Son atout choc ? Ils sont en réalité multiples. Tout d’abord, une construction monolithique en silicium monocristallin d’une épaisseur de seulement 0,5 mm d’épaisseur contre 5 mm habituellement. Une pièce conçue d’un seul tenant, donc, qui remplace la trentaine de composants généralement utilisés pour un organe réglant standard et dont le premier avantage est d’éviter l’assemblage, les ajustements, les réglages, les contrôles et la lubrification. Ensuite, ce nouvel oscillateur présente une fréquence de 15 Hz qui lui confère une précision presque 10 fois supérieure aux critères du COSC, et ce pendant 95 % de sa réserve de marche, soit près de 60 heures, tandis qu’avec un régulateur traditionnel la précision décroît considérablement à partir de 24 heures de fonctionnement. Enfin, cet oscillateur est insensible à la température, à la gravité et aux autres champs magnétiques. Ni dilatation, ni déformation ne peuvent donc entamer sa précision triplement certifiée – dont une prestigieuse certification Chronomètre par la tête de vipère de l’Observatoire de Besançon.

Zenith Defy Lab
Zenith Defy Lab
Passé, présent, futur ?

À l’issue d’un tel exposé appuyé des scientifiques soucieux de partager leur savoir avec le plus grand nombre, on ne doute pas une seule seconde du considérable gain de précision rendu possible par la remise en question du duo balancier & spiral sur lequel repose la régulation des montres depuis 342 ans. Mais l’innovation technique laisse songeur quant à la suite de l’histoire. Bien sûr, Jean-Claude Biver et son poulain Julien Tornare comptent sur le lancement tonitruant de la Defy Lab et du nouvel oscillateur pour que Zenith puisse renouer avec l’aura qui était la sienne à la grande époque où le mythique mouvement El Primero défiait les lois de la précision et que la marque enchaînait les prix de chronométrie. Mais Jean-Claude Biver voit déjà plus loin et, surtout, plus grand. « En 42 ans de business, je n’ai jamais contribué à une telle révolution technologique », souligne-t-il avant d’annoncer que cet oscillateur est destiné, à terme, à équiper l’ensemble des montres mécaniques produites au sein de LVMH. Et ce n’est pas tout : « Cet oscillateur a vocation à devenir une référence pour l’industrie tout entière. Nous voulons que 80 à 90 % de ce que nous produisons soit vendu aux marques horlogères. Nous n’avons rien à cacher, tout à partager. »

Zenith Defy Lab
Ce nouvel oscillateur présente une fréquence de 15 Hz qui lui confère une précision presque 10 fois supérieure aux critères du COSC. © Zenith
Defy Lab, défi de com’

Si les équipes de Guy Sémon planchent déjà sur une réduction des coûts de production « pour parvenir à atteindre des coûts identiques à ceux d’un organe réglant traditionnel », une production en série et en gros volumes est déjà une réalité. « Nous avons aujourd’hui la capacité de produire 300 oscillateurs en 3 heures, soit 1 million par année », précise Jean-Claude Biver. Une performance industrielle qui, si le monde horloger accepte de suivre le mouvement, pourrait bien modifier considérablement les vertus de précision accordées aujourd’hui aux montres mécaniques. Et le client, dans tout cela ? Comment communiquer sur un développement aussi technique – et abscons pour le commun des mortels – qu’un nouvel oscillateur ? La relance espérée de Zenith ne pourra certainement se faire sans une réponse claire et une lisibilité extrême de ses performances. Un défi de taille auquel s’attellent désormais pleinement les équipes horlogères de LVMH. Solidaires et en rangs serrés.

Haut de page