>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Zenith parée pour l’envol
Baselworld

Zenith parée pour l’envol

Tuesday, 30 April 2013
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Rencontré à Baselworld 2013, Jean-Frédéric Dufour, patron de Zenith, parle de la stratégie d’une marque en route vers son propre patronyme. Entretien.

Jean-Fédéric Dufour le dit et le répète, la reconstruction de Zenith a été son unique priorité depuis qu’il a pris les rênes de la Maison il y a quatre ans. Exercice qui se termine aujourd’hui par le dernier chantier devant encore être mené à terme. Explications.

Sur quel aspect de la marque allez-vous mettre l’accent cette année ?

Jean-Frédéric Dufour, président et CEO de Zenith : Pour cet exercice 2013, nous allons insister sur l’image de Zenith. Il s’agit de la dernière pierre en termes de reconstruction de la marque qui consiste à travailler sur notre identité visuelle, celle-là même qui doit communiquer nos valeurs. En ce sens, le réaménagement de notre site internet tout comme notre nouveau stand à Baselworld font partie de la démarche. Le message que nous voulons faire passer est que Zenith est une marque ayant accompagné les aventuriers de tous bords depuis bientôt 150 ans. Et ce, avec des instruments de qualité et de grande précision, parfaitement représentés par nos montres équipées des mouvements El Primero. En ce sens, la Maison a certainement eu sa part dans la construction du monde moderne. C’est pourquoi nous voulons que Zenith soit la montre des héros contemporains, comme le prouve d’ailleurs notre partenariat avec Felix Baumgartner, premier homme à avoir franchi le mur du son en chute libre.

La nouvelle segmentation des produits est donc achevée ?

En effet. Avec les Academy, nous apportons tout le savoir-faire de Zenith, en démontrant que nous sommes capables de produire des garde-temps que les autres Maisons ne savent pas faire. Le modèle Hurricane et ses 939 composants, avec son calibre à haute fréquence, son système unique de contrôle de la gravité et sa transmission fusée-chaîne à force constante est totalement « Zenith ». Suivent trois collections : les Captain dans le registre classique, les Pilot, hymne à l’aviation et aux grands espaces basées sur les calibres El Primero, icône de l’horlogerie suisse, et enfin, Heritage, dédiée à la femme. À l’heure actuelle, les modèles féminins représentent 15 % de nos ventes. Je pense qu’il est tout à fait possible de s’approcher des 30 %.

À propos de l’El Primero, on attend un tout nouveau mouvement chronographe révolutionnaire pour l’automne 2013. Qu’en est-il ?

Tout ce que je peux dire à ce stade, c’est que nos recherches en ce qui concerne l’El Primero s’orientent vers les nouveaux matériaux.

Vu le succès de la Pilot Montre Aéronef Type 20, présentée l’an dernier avec des calibres d’époque et déclinée cette année en tourbillon, chronographe et GMT, allez-vous en faire une véritable collection ?

Il est vrai que la première Aéronef Type 20 a été un succès. Aux enchères, elle est proposée avec une prime de 30 % par rapport à son prix de vente initial. Mais notre objectif est essentiellement de faire du remplacement de produits. En d’autres termes, de faire en sorte que les produits Zenith tournent dans les magasins en raison de l’attrait qu’ils exercent. En ce sens, il ne sert à rien d’avoir 1’500 références en catalogue et de vouloir multiplier les collections.

À propos de distribution, allez-vous poursuivre l’ouverture de boutiques Zenith ?

Nous sommes essentiellement des wholesalers, comme disent les Anglo-Saxons. En d’autres termes, notre réseau de distribution passe essentiellement par des revendeurs, contacts indispensables vers la clientèle. Nous avons bien ouvert 13 boutiques dans des endroits géographiquement clés pour la marque. Mais le but n’est pas de multiplier ces points de vente.

Lorsque l’on évoque Zenith, on parle d’une très forte croissance ces dernières années. Est-ce que vous le confirmez ?

Nous avons effectivement connu une progression moyenne de l’ordre de 30 % lors des derniers exercices. Il est évident que cela va devenir de plus en plus difficile de maintenir ce cap dans les années à venir. Ce qui ne nous empêche pas de poursuivre un objectif de croissance à deux chiffres. Nous sommes au terme de la reconstruction de la marque. Aujourd’hui, Zenith est prête à prendre son envol. L’avenir est devant nous.

Haut de page