>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Enchères horlogères : un bon millésime 2020
Histoire & Pièces d'exception

Enchères horlogères : un bon millésime 2020

mercredi, 6 janvier 2021
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Si les Maisons horlogères ont vécu une année 2020 des plus difficiles, tel n’est pas le cas des enchères du secteur, notamment en ligne, qui ont cumulé les records. Petit tour d’horizon de ces garde-temps qui font tourner les têtes.

Si l’année 2020 est un millésime à jeter aux oubliettes pour la quasi-totalité des entreprises comme des particuliers, le secteur des ventes aux enchères horlogères a quant à lui parfaitement réussi à tirer son épingle du jeu. Sur le marché de l’art, les montres feraient d’ailleurs figure de premières de classe, notamment privilégiée pour l’investissement qu’elles représentent en tant que valeur refuge. D’autant que les Maisons de la branche ont parfaitement su s’adapter aux conditions imposées par la pandémie mondiale pour avoir largement anticipé la numérisation des transactions. « Les garde-temps ont été le pivot central dans l’univers du digital avec une année exceptionnelle pour tous les acteurs du marché, explique Geoffroy Ader, expert horloger auprès d’Artcurial. C’est le début d’une tendance très forte qui va progressivement s’accélérer. »

Daylight avec Sylvester Stallone © Panerai
Daylight avec Sylvester Stallone © Panerai

De fait, si l’on en juge par les résultats des ténors de la branche, cette transition vers les ventes dématérialisées a porté ses fruits. Comme le note Le Point Montres, Sotheby’s a ainsi réalisé plus de € 40 millions de ventes lors des quelque 140 adjudications en ligne de l’année 2020, une valeur cinq fois supérieure à celle de 2019. Même constat chez Christie’s, qui peut se targuer de 11 records mondiaux lors de ses vacations de l’an dernier, dont cinq pièces vendues au-delà du million. Si l’on y ajoute des enchères « physiques » couronnées de succès, à l’instar de la vente exceptionnelle Racing Pulse organisée en décembre dernier à New York par Phillips pour un total de $ 27 millions, autant dire que les montres continuent de faire tourner les têtes.

Monaco Référence 1133 (1969) © Heuer
Monaco Référence 1133 (1969) © Heuer

Dans ce registre, c’est encore les pièces ayant appartenu à diverses célébrités qui tiennent la corde. Des montres au riche passé dont la saga fait d’ores et déjà partie de l’histoire horlogère. Or de tels modèles ont tenu la vedette l’an dernier, à l’instar de la Heuer Monaco ayant appartenu à Steve McQueen, utilisée lors du tournage du film Le Mans en 1971. Adjugée € 1,8 million lors de l’événement Racing Pulse, elle décrochait le record de la TAG Heuer la plus chère jamais vendue. Lors de la même soirée new-yorkaise, une Rolex Daytona Référence 6263 « Big Red » offerte en cadeau à Paul Newman par sa femme Joanne Woodward en 1983, gravée « Drive Slowly. Joanne », trouvait preneur pour € 4,5 millions. Et c’est encore sans parler des montres ayant fait partie de la collection privée de Sylvester Stallone mises à l’encan à New York, dont cette Panerai Luminor portée lors du tournage Daylight à Rome en 1996 emportée pour € 176’000 sur la base d’une estimation allant de € 40’000 à 80’000.

Collection Patek Philippe de Jean-Claude Biver vendue chez Phillips
Collection Patek Philippe de Jean-Claude Biver vendue chez Phillips

Cartier enregistrait également un nouveau record avec sa montre Crash en or de 1990, dispersée chez Sotheby’s pour € 185’000 en fin d’année. Ce résultat, qui souligne tout l’attrait des montres vintage dessinées dans les années 1970, faisait suite à cette magnifique vente chez Christie’s de 100 horloges de la marque retraçant près d’un siècle d’histoire Cartier. Fort attendues des collectionneurs, ces enchères devaient totaliser € 2 millions en adjudications. Guère de surprises donc du côté des valeurs les plus prisées. Aux côtés de Rolex, qui, fait marquant, signait trois records lors d’une même vente Antiquorum en juin, aux côtés également de Patek Philippe, dont les quatre modèles de la collection privée de Jean-Claude Biver datant des années 1930, 1940 et 1950 ont rapporté plus de € 8 millions en juin, les places sont difficiles à conquérir. Mais peut-être pas imprenables.

Exemple de création © Vacheron Constantin
Exemple de création © Vacheron Constantin

Pour cette raison, le monde des enchères devient un magnifique terrain d’exercice pour des initiatives qui ont leur heure de gloire car organisées avec le plus grand sérieux. On citera dans ce domaine la levée de fonds orchestrée par le Louvre en collaboration avec l’hôtel Drouot et Christie’s. Basée sur la vente à l’encan d’œuvres d’art mises à disposition par divers artistes et donateurs, elle doit servir à financer les projets solidaires du musée. Vacheron Constantin, partenaire du Louvre depuis 2019, faisait partie des donateurs via un projet des plus originaux. « L’aventure commencera à Paris lors d’une visite privée du Louvre en compagnie du conservateur du musée afin de sélectionner avec lui parmi les peintures et sculptures l’œuvre qui sera reproduite en émail sur le cadran de la montre, expliquait au Point Montres Christian Selmoni, directeur Style et Patrimoine de Vacheron Constantin. L’acquéreur se rendra ensuite à Genève pour rencontrer les artisans et maîtres horlogers de l’atelier. À l’issue de cette expérience, l’heureux élu recevra sa montre, accompagnée d’un certificat d’authenticité fourni par Vacheron Constantin ainsi que d’un certificat d’authenticité du musée du Louvre pour la reproduction de l’œuvre, au cours d’une cérémonie privée devant l’œuvre choisie. » Le modèle en devenir est parti pour € 280’000 sur les 2 millions récoltés par le musée lors de cette opération « Bid for the Louvre ». À noter également, les enchères organisées par Phillips en novembre dernier pour le lancement de la série limitée de nouvelles Simplicity signées Philippe Dufour. Le premier modèle en or rose a été adjugé pour… € 1,2 million.

Haut de page